AAD d’Eden par le siège – Video

Facebook
Facebook
Instagram
Envoyer un Email

Rares sont les femmes qui ont assisté à un accouchement avant de passer elles-mêmes par cette expérience.

Nous n’avons pas beaucoup d’images positives de la naissance ni de représentations puissantes de ce moment intense et unique. C’est pour nourrir cet imaginaire que j’ai décidé de partager au fil de mes découvertes, des images d’accouchements et de naissances au cours desquels les mamans et leurs bébés ont été respectés, où les femmes ont pu poser des choix éclairés, où elles ont été accompagnées par des personnes qui croyaient en elles et avaient confiance en leurs corps et dans les processus physiologiques.

NAISSANCE D’EDEN SHANIR, le 30 mars 2012 en siège décomplété, à la maison, envers et contre tous – Récit de de Johanna Shanir

« J’ai eu la chance de tomber enceinte du 1er coup.
Nous avons planifié un Accouchement A Domicile avec une sage-femme fantastique!
Tout était parfait lors des contrôles de routine.
Mais Eden était toujours en siège.

J’ai tout essayé!

Puis à 35 semaines, une écho a estimé que j’avais peu de liquide amniotique.
A l’hôpital, ils voulaient me faire une césarienne immédiatement et ont joué la carte de la peur, nous parlant de bébé mort et j’en passe!
Mais nous étions bien informés et nous avons signé une décharge pour pouvoir rentrer chez nous.
Mon bébé bougeait vigoureusement et cela me disait bien plus que n’importe quelle écho!

Puis nous avons pu demander un deuxième avis.
J’ai fait un test de réactivité fœtale qu’Eden a très bien supporté.

Mais en tant que primipare avec un bébé en siège, aucun hôpital ne me laissait l’opportunité de pouvoir essayer un accouchement par voie basse.
Je suis moi-même née en siège par voie basse, alors ça ne me faisait pas vraiment peur, mais ma sage-femme n’a pas eu l’autorisation d’assister mon AAD par le siège…

Nous ne sommes jamais retournés à l’hôpital, sommes rentrés chez nous et avons continué à prendre soin de mon bidon et je n’ai même plus essayé de retourner Eden.
Je sentais que c’était ce qu’il voulait.

Et nous avons trouvé un médecin qui a accepté avec joie d’assister mon accouchement par le siège à la maison!
Notre docteur croit en la naissance physiologique, par voie basse, et se fie davantage aux mouvements du fœtus qu’à n’importe quel critère d’analyse biophysique.

Après quelques nuits de fausses contractions, la phase active du travail a commencé à la fin d’une soirée. J’ai essayé de me reposer pendant la nuit, mais c’était dur, et au petit matin, j’ai réalisé que c’était le grand jour!
Notre médecin est arrivé chez nous.

J’ai passé une partie du travail dans la piscine et sur mon ballon. Ça avançait bien et mon mari a commencé à filmer!
J’ai eu le meilleur soutien du monde grâce à ces deux hommes merveilleux.

A un certain moment, j’ai perdu les eaux, et bien sûr, il y avait beaucoup de liquide amniotique.

J’ai commencé à avoir envie de pousser.
Alors mon médecin a suggéré de m’assoir sur les toilettes pendant un petit moment, ce que j’ai fait, et ça a aidé Eden à descendre jusqu’à avoir les fesses appuyées.

Lorsqu’Eden a été sur le point d’arriver, je suis passée dans la position à 4 pattes sur notre lit.
D’abord, un cliché hallucinant des fesses d’Eden qui émergent et où on le voit faire pipi dans la lumière de la chambre.
Yoram a commencé à filmer au moment où Eden était en train de sortir.

On peut avoir l’impression que notre médecin le manipulait beaucoup, mais en réalité il n’a pas du tout aidé avant la dernière poussée et le passage de la tête, et il l’a fait d’une manière très douce!

Un pur émerveillement…

Le lendemain, nous sommes allés à l’hôpital pour remplir les papiers afin d’obtenir les allocations naissance.
Cette fois-ci ils nous ont vraiment fait peur!

Sans aucune explication, ils ont affirmé qu’ils avaient entendu un souffle anormal au niveau de son cœur et qu’il fallait qu’on reste jusqu’au lendemain pour voir le cardiologue.
Nous somme donc restés une nuit. Heureusement, nous avons eu une chambre et j’ai même pu dormir avec Eden dans mon lit malgré les règles de l’hôpital.
Le lendemain matin, il s’est avéré qu’aucun cardiologue ne viendrait ce jour-là et comme on avait les idées un peu plus claires, on a décidé qu’on n’attendrait pas à l’hôpital pour ça. Nous avons encore une fois signé une décharge et sommes rentrés chez nous!

Je me suis informée sur les souffles au cœur chez les nourrissons…
J’ai appris que beaucoup de nourrissons ont des souffles au cœur anodins juste après la naissance, pour des raisons naturelles, et qu’ils disparaissent avec le temps.

A l’hôpital, Eden avait un souffle systolique d’une intensité 2/6.
Deux jours plus tard, nous sommes allés chez notre pédiatre et le soufflé était descendu à 1/6, un souffle anodin pour lequel il n’y a pas besoin de cardiologue mais simplement de quelques contrôles supplémentaires avec notre pédiatre à mesure qu’Eden grandit.

J’étais intellectuellement préparée à ce que nous pouvions rencontrer au sein du système de soins conventionnel, mais pas émotionnellement.
Ces événements m’ont apporté beaucoup d’humilité et en même temps ont renforcé ma conviction que notre société a besoin de changer sa façon d’aborder la naissance.

Ce n’est pas une maladie et cette étape ne devrait pas être abordée comme telle, à moins qu’il n’y ait de vraies raisons.

La Paix sur la terre commence avec la naissance ♥ »

Facebook
Facebook
Instagram
Envoyer un Email