Petit rituel amazonien pour vivre ses lunes autrement

Facebook
Facebook
Instagram
Envoyer un Email

Ce rituel a été transmis par une femme indigène de l’Amazonie à l’une de mes amies chères qui m’a fait l’immense faveur de me le transmettre à son tour il y a quelques années. Grâce à cette pratique constante, j’ai vu mon cycle se synchroniser avec la lune et j’ai réussi à identifier le jour exact de l’ovulation et de l’entrée dans mes lunes. C’est assez simple et adaptable, le principe de base étant de reconnaître notre nature cyclique.

Cet exercice nous invite à trouver du temps, ne serait-ce qu’un instant à se dédier à soi-même pour prendre soin de soi et s’aimer. Le grand cycle de la vie s’exprime chaque mois en chacune de nous ; tout naît, grandit, se développe et meurt. Nos capacités et nos attentions s’expriment aussi de façon cyclique, tout au long du mois notre niveau d’introspection et d’extraversion varie. C’est une bonne idée de prendre conscience de ce fait et de voir le potentiel de transformation contenu dans cette petite mort physique, émotionnelle et énergétique.

1er jour : Ne faites que ce dont vous avez envie. C’est un jour pour évaluer et réfléchir à la lune qui vient de culminer. Comment avons-nous vécu les différentes expériences, émotions, réponses et même jugements. Quelles attitudes souhaitons-nous répéter et quelles réponses souhaitons-nous améliorer ? Il ne s’agit pas de se faire des reproches, c’est simplement une auto-évaluation honnête. Si le saignement est accompagné de douleur, explorez des techniques et des outils qui permettent de la comprendre et la diminuer. Durant cette journée, ne prenez pas de douche car le changement de température bloque le processus d’écoulement. De la même façon et selon vos possibilités, n’utilisez pas d’anti-transpirants. Le processus de lâcher englobe le corps dans sa totalité et de nombreuses toxines sont libérées au niveau des aisselles. C’est un jour pour drainer à tous les niveaux, pour faire une pause dans notre vie et nos rythmes.

2e jour : Rendre à la Terre. L’idée est qu’une partie de ce sang soit rendu à la terre comme une offrande. Vous pouvez avoir un pot avec de la terre et y mélanger le sang (cette terre pourra être utilisée comme engrais). Le concept lié à la coupe menstruelle est que le sang se collecte, il n’est pas absorbé (comme dans le cas des tampons ou serviettes). Ainsi, dans ce schéma, les menstruations sont perçues comme du matériel organique et non comme un résidu.

3e jour : Offrez-vous un bain de sels ou de fleurs. Un jour parfait pour un gommage. Se défaire du superflu, se laver. Ranger sa chambre, mettre de l’ordre dans sa tête, revoir ses projets…qu’est-ce que j’ai envie de créer ce mois-ci ? Un bon jour pour rêver, pour écrire, pour projeter les désirs du cœur.

4e jour : laissez-vous aller à la danse! Au rythme d’une musique ou même du silence, l’important est de sentir le mouvement du corps et de se laisser porter, de célébrer la féminité et le renouveau de ce nouveau cycle qui commence : nous avons l’opportunité de tout développer à nouveau ! Un bon jour pour s’exprimer de façon artistique, peindre, modeler. Un jour pour se réjouir du bonheur d’être et d’exister.

« Les énergies du cycle menstruel ne doivent pas être contenues ni contrôlées, car le fait de les bloquer ou les couper peut les rendre destructrices ; au contraire, elles doivent être acceptées comme un flux qui a son propre mode d’expression et contre lequel nous ne devons pas lutter. » Miranda Gray, Lune Rouge.


Texte original de Diana Vegas – Placentera « Una opción placentera para los días de luna » ~ Traduction : Brigitte Rietzler // Temesira

Facebook
Facebook
Instagram
Envoyer un Email