Le soin rebozo : un soin ancestral venu du Mexique

Facebook
Facebook
Instagram
Envoyer un Email

Reprenant le nom d’un châle au tissage assez robuste pour supporter le poids du corps, le soin rebozo est une technique de relaxation, de recentrage, voire de «passage», destiné aux femmes et dispensé par des femmes. Après un accouchement, au moment de la ménopause ou encore suite à une séparation amoureuse, le soin rebozo aide à se réconcilier avec son corps, à se recentrer et à regrouper ses énergies, pour par exemple passer une étape sensible tout en douceur. Explications sur ce soin venu d’ailleurs.

Le rebozo, kesako?

L’écharpe rebozo trouve ses origines au Mexique, où elle constitue un accessoire quasi quotidien des femmes. Portage des bébés, hamac, baluchon, châle vestimentaire, son utilité est multiple et sa robustesse lui confère praticité et durabilité.

Instrument essentiel des sage-femmes traditionnelles, l’écharpe est utilisée au moment de l’accouchement, pour bercer et balancer la femme, soulageant ainsi ses douleurs, et l’apaisant de façon à ce qu’elle soit plus sereine pour affronter ce moment-clé de sa vie.
L’écharpe sert aussi à faire des mouvements d’enserrage et de manipulation non-intrusive, pour déplacer un bébé mal positionné par exemple; on appelle alors cette technique la “sobeada” (du verbe espagnol ‘sobar’, pétrir).

Aujourd’hui le rebozo est un symbole de fierté des femmes mexicaines, quelles que soient leurs origines sociales. Dès la puberté, chaque femme acquiert son propre rebozo, qui matérialise sa féminité.

Si cette écharpe se prête à de multiples usages, elle donne aussi son nom à un soin particulier : le soin rebozo.

Le soin rebozo

Le soin rebozo est pratiqué par des femmes pour les femmes. Il s’adresse aux mères et futures mères, mais aussi à toutes celles qui traversent une étape, une épreuve ou un changement dans leur vie de femme. Bien entendu, celles qui souhaitent simplement s’offrir une pause, se recentrer et se relaxer, peuvent également recourir à ce soin.

Traditionnellement au Mexique, la femme est invitée pendant les quarante jours qui suivent l’accouchement à rester allongée avec son bébé pour reposer leur corps et encourager le lien mère-enfant. Pendant cette période, les femmes de sa communauté vont prendre soin d’elle et du bébé en apportant des repas, en massant la maman, et en prenant en charge ses travaux quotidiens.
Après ces 40 jours, qui marquent la sortie de la phase fusionnelle de la mère avec son bébé, et son retour à sa vie de femme, d’amante et d’épouse, la jeune maman reçoit le soin rebozo, qui va marquer le retour aux travaux quotidiens et à la vie sociale. Là encore ce sont les femmes qui vont soutenir cette femme devenue mère.
L’objectif majeur de ce soin traditionnel mexicain est, pour chacune, de retrouver l’unité de son schéma corporel, de se réapproprier son corps de femme et de retrouver sa vitalité.

 

Les 3 étapes du soin rebozo

Tout d’abord la femme reçoit un massage à quatre mains et aux huiles essentielles. D’une durée d’environ quarante-cinq minutes, il s’agit d’un massage holistique, qui a pour objectif de détendre son corps et ses muscles, et de lui faire prendre conscience de chaque parcelle de sa peau.
Une fois massée et détendue, la femme est placée dans un bain de chaleur (traditionnellement une hutte à sudation ; aujourd’hui plutôt un bain de vapeur ou un hammam). Ouverture des pores et sudation : c’est le moment pour le corps de retrouver son lien à la Terre, à la Nature, à l’essentiel; c’est l’instant du retour à soi-même dans un cocon de chaleur humide.
Enfin, les practiciennes passent l’écharpe rebozo autour du corps de la femme, et resserrent progressivement sept parties du corps, opérant ainsi le rapatriement des énergies et le recentrage physique et mental de la femme.
L’atmosphère du soin est calme, détendue, et la femme est cajolée, écoutée, accueillie. Les practiciennes sont à l’écoute. Après le soin, la femme peut ouvertement revenir sur son expérience et le vécu qu’elle a souhaité traiter.
Une boisson chaude à base de plantes est offerte tout au long du soin, pour favoriser l’élimination, la détoxination et l’épuration.

 

Quand faire appel au soin rebozo?

Après un accouchement, la femme qui a “ouvert” son corps pour donner naissance à l’enfant, peut ressentir le besoin de se recentrer, et éprouver des difficultés à reconquérir son espace personnel et à le refermer. Elle sent son énergie dispersée, et peut sentir une fatigue intense, et une sensation de perte de contrôle. Le soin rebozo va favoriser un moment de recentrage, et de reprise de possession de son corps. Il pourra aussi opérer la transition entre la mère et la femme, renouant avec sa vie personnelle et sa vie sexuelle.

Au moment de la ménopause, le soin rebozo pourra permettre à la femme, perturbée par cette étape souvent perçue comme la fin de sa féminité et l’adieu à la fertilité, de se réconcilier avec son corps, de se recentrer sur la vie en mouvement en elle, d’accepter cette nouvelle peau, de mieux ressentir et vivre ce passage, et de l’assimiler comme une nouvelle étape dans sa vie de femme.
En cas de divorce, de perte d’emploi, ou tout autre changement important, la femme peut se sentir sans ressource, éparpillée. Le soin rebozo va lui permettre de prendre du temps pour elle, de prendre soin d’elle, de se retrouver, de se recentrer, de rassembler son énergie, de mieux faire face à la situation.
… Mais aussi à tous moment de célébration! Une bonne idée cadeau pour un enterrement de vie de jeune fille par exemple, à retenir!
Moment “à soi”, donc, et d’accès privilégié à son corps et à son être intérieur, le soin rebozo est préconisé à tout moment, que cela soit à une étape-clé de sa vie, ou tout simplement pour privilégier un rendez-vous… avec soi!

Julie L. pour NovaFemina

 

 

Facebook
Facebook
Instagram
Envoyer un Email